Pollution en Chine: tour d’horizon

pollution chine

S’il y a bien un sujet qui revient souvent dans les journaux locaux ou étrangers, c’est la pollution en Chine. Dopée par une industrialisation exponentielle, elle inquiète de plus en plus les chinois et va très certainement être un des sujets d’actualité qui va revenir souvent sur le devant de la scène. Pollution de l’air, du sol, de l’eau, le gouvernement chinois est face à de nombreux challenges et la population, de plus en plus attentive, est sur le qui-vive.

Quelques chiffres

  • 16 des 20 villes les plus polluées du monde sont en Chine
  • D’après un rapport de l’OMS publie fin 2011, la ville de Lanzhou (province du Gansu) est la ville la plus polluée de Chine suivie de près par Xining (Qinghai), Urumqi (Xinjiang), Jinan (Shandong) et Beijing.
  • A l’opposé, les villes de Haikou (Hainan), Lhasa (Tibet) et Nanning (Guangxi) sont les villes les moins polluées.
  • Le nombre de particules fines (PM10) par mètre cube serait de 150 microgrammes pour la ville de Lanzhou (toujours selon l’OMS), 123 pour Jinan, 121 pour Beijing alors que Marseille est à 31, Paris à 38. Les USA considèrent comme dangereux tout niveau dépassant 50 microgrammes…Pour le gouvernement chinois, un indice de 100 indique un bon niveau de la qualité de l’air.
  • Beijing est 16 fois plus polluée que New-York
  • Jay Apt, astronaute américan, a écrit dans la revue “National Geographic” qu’il n’est pas rare de voir la ville de Benxi (dans le Liaoning) disparaitre des photos satellites sous les nuages de pollution.
  • Selon les standards européens, seul 1 à 2% des quelques 700 millions des citadins en Chine respire un air propre.

On pourrait malheureusement continuer longtemps comme cela…

Pourquoi autant de pollution en Chine?

Il est évident que l’industrialisation galopante depuis plusieurs décénnies est la principale raison de la situation actuelle. Les usines se sont multipliées, les voitures aussi, la population urbaine a explosée (de 430 millions en 2001, elle devrait être de 850 millions en 2015), tout ca mis ensemble fait qu’il est facile de se rendre compte comment la Chine a pu devenir le pays le plus pollueur au monde. Tirant son énergie à 70% du charbon, la Chine est en effet le premier émetteur de gaz à effet de serre au monde.

Qu’en pensent les chinois?

Bien que les données officielles ne soient pas tout le temps réalistes (en effet, seules les plus grosses particules étaient prises en compte), les chinois se rendent bien compte de la présence de la pollution dans leur environnement. A Pékin, il n’est pas rare en effet de voir les nuages de pollution recouvrir la ville et de ne plus pouvoir voir à quelques dizaines de mètres de distance. Excédés, ils demandent à ce que soient enfin publiées les “vraies” données, ce que le gouvernement a promis de faire en 2016 (alors que cela devait déjà se faire après les JO de 2008).

Blocage d’autoroutes pour contester l’activité de certaines usines (certaines d’entre elles ont d’ailleurs été fermées suite à la grogne populaire), initiatives de certaines ONG pour mesurer elles-mêmes le niveau de pollution, commentaires de plus en plus révoltés et virulent sur les réseaux sociaux, les chinois demandent de plus en plus à ce que le gouvernement chinois agisse pour le bien-être de leurs enfants et des générations à venir.

Quels sont les engagements du gouvernement chinois?

Ayant admis début 2012 que près de 2/3 des villes chinoises atteignent un niveau de pollution dépassant les normes nationales, le gouvernement chinois est bien au courant du travail à effectuer pour améliorer la situation. De plus, quand on sait que l’impact financier de la pollution est évalué entre 20 et 75 milliards de dollars par an, raison de plus pour espérer des actions concrètes dans les années a venir. Réduire l’émission de “polluants majeurs” de 10% d’ici 2015 est une des recommandation faite par le gouvernement chinois aux autorités locales.Pourtant, il est encore très réticent lorsqu’on aborde le sujet, cela a d’ailleurs été le cadre de fortes tensions avec les USA. En effet, le gouvernement chinois avait demandé récemment à ce que l’ambassade américaine arrête de publier ses propres données (calculées sur des particules beaucoup plus fines que celles que les officiels chinois prennent en compte) ce que celle-ci a refusé. Tout ça pour dire que le sujet est très délicat en Chine et bien que les officiels reconnaissent (partiellement) la situation, il n’est pas très bien vu de critiquer ouvertement l’action du gouvernement.

Comment se protéger de la pollution?

  •  Boire de l’eau régulièrement est un très bon moyen pour éliminer les toxines. Privilégiez donc une bonne bouteille de Nongfu Spring plutôt que l’Happy Hour du coin!
  • Évitez de pratiquer une activité physique intense en milieu urbain car cela stimule dangereusement les poumons (par exemple, faire un semi marathon sans entraînement sérieux est fortement déconseillé, ndlr).
  • Consommez un maximum d’antioxydants. Substances naturelles diminuant l’effet des radicaux libres dans le corps, elles sont présentes dans de nombreux fruits et légumes: canneberges, fraises, kiwi, orange, avocat, épinards, betterave etc.
  • Renseignez-vous régulièrement sur la qualité de l’air de votre environnement. Il est important de protéger les personnes à risques (femmes enceintes, asthmatiques, jeunes enfants – saviez-vous que leurs poumons se forment jusqu’à l’age de 8 ans?-, personnes âgées) et donc de consulter les indicateurs du niveau de pollution de votre environnement.
  • Il peut être utile de porter un masque notamment si vous faites beaucoup de vélo en milieu urbain. Ceux-ci sont très fréquents dans les mégalopoles asiatiques mais sachez que seuls les masques qui ont un filtre à charbon sont efficaces même s’ils n’arrêtent pas les particules fines.

Il y a  bien sûr beaucoup d’autres règles à suivre, consultez les forums spécialisés ou votre médecin pour en savoir plus.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.